En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies ou technologies similaires pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts ainsi que pour la sécurisation des transactions sur notre site. Pour plus d’informations, gérer ou modifier les paramètres, veuillez consulter nos conditions d'utilisation.

Plus d'informations

Chaudronnerie: un métier d'avenir sous tension

Publié le 30/10/2017 | 75 vues

La chaudronnerie est aujourd’hui un secteur qui recrute. En 2015, sur 4.200 postes ouverts, seul 30% furent facilement pourvu facilement. En 2017, le secteur est toujours sous tension. Quels en sont les raisons? En quoi consiste le métier de chaudronnier? Est-ce un secteur d’avenir? Quelques éléments de réponses.

La chaudronnerie est une activité clé de l’industrie française : aéronautique, énergie, construction naval, outillage… Tous ces secteurs industriels français connaissent depuis quelques années une embellie. Celle-ci s’accompagne d’une hausse de la production industrielle et donc de l’emploi. Or, cette hausse de l’emploi est confrontée à un manque palpable de chaudronniers qualifiés sur le marché du travail. Parallèlement aux emplois industriels, les besoins en chaudronnerie dans les secteurs de la construction et des arts décoratifs sont importants ; maintenant le secteur sous tension.

En quoi consiste le métier de chaudronnier ?

Le métier de chaudronnier consiste à travailler le métal (acier, acier inoxydable, alliages d’aluminium, de cuivre, de titane, de nickel) sous forme de tôles (feuilles, plaques) et de barres (barres profilés, tubes). A partir de plans, le chaudronnier va tracer, découper, mettre en forme, pré-assembler et installer des éléments métalliques. Ces éléments pouvant être destinés à l’industrie aéronautique (structure d’avions), aérospatiale (éléments de fusées), automobile, construction (toiture, ouvrage d’art routier ou ferroviaires), chimique ou pétrochimiques (équipements de raffinerie), agroalimentaires, production d’énergie etc.

Est-ce un métier d’avenir ?

Victime d’un nom désuet, la chaudronnerie est aujourd’hui un secteur de pointe fortement utilisateur du numérique. Autrefois très manuel, le métier de chaudronnier implique aujourd’hui l’utilisation  de machines de découpe et de formage généralement à commande numérique, de la précision et être très méticuleux. L’intégration du numérique a permis d’améliorer la précision du travail et d’assister le chaudronnier pour de nombreuses tâches fastidieuse et/ou répétitives. Ce qui permet aujourd’hui au chaudronnier d’explorer des nouvelles dimensions et de développer des nouvelles techniques.

Bien qu’un chaudronnier puisse entrer sur le marché du travail avec une formation CAP de réalisation en chaudronnerie industrielle ou un CAP d’outillage en moules métallique, un bac+2 ou bac+3 permet d’être rapidement recruté avec des salaires attractifs en fonction de l’expérience ; notamment dans l’industrie ou encore dans la construction (construction métallique et toiture industrielle etc.)

Crédit photo :Hélène Ressayres (CC)


Partager sur les réseaux sociaux
Les dernières actualités
Juin 2016
Mai 2016
Montrer plus anciennes
La plateforme Alliance of Pro c'est :
3 691
professionnels inscrits
61 430
crédits dépensés
140 616
crédits gagnés
Envie de recevoir tous les bons plans près de chez vous ?

Abonnez-vous à notre newsletter :

Simplicité
L'utilisation du site est simple. Il suffit d'indiquer son prénom, son email et votre code postal. La géolocalisation permet au moteur de recherche de vous proposer le professionnel de confiance près de chez vous.
Confiance
Chaque fiche de professionnel inscrit est contrôlée et vérifiée par notre équipe éditoriale. Nous contrôlons les profils pour proposer à nos utilisateurs des professionnels de qualité.
Qualité
La qualité des profils proposés est notre principale préoccupation. Les évaluations et les recommandations sont fournies par des utilisateurs réellement inscrits.